El Dia de l’Ós
Documentaire-fiction,  8min16, 2016
2017_ SELECTION FESTIVAL HALLUXINATION / DIFFUSION CINEMA LUX DE VALENCE

Chaque année, un village fête le réveil de l’ours.

Une jeune femme s’immerge dans la foule"

Ce documentaire de création retrace l’expérience d’une jeune fille lors d’une « fête de l’ours », carnaval traditionnel qui se déroule dans les Pyrénées Orientales. C’est une fête rituelle d’inspiration païenne qui célèbre la fin de l’hibernation de l’ours, et donc l’arrivée du printemps, symbole traditionnel de réveil et renaissance pour la nature et l’homme. Elle s’inspire de la légende de Jean de L’ours, où un ours enlève une jeune bergère pour « en faire sa femme ».

 Dans ce parcours initiatique, 3 jeunes hommes du village sont choisis pour incarner les ours, et se recouvrant de suie, d’huile et de peaux de moutons, ils courent dans le village marquer les habitants, transmettant tantôt la force brute pour les hommes, et la « fertilité » pour les femmes. Les jeunes ours noirs sont ensuite attrapés par les « barbiers » ou « ours blancs », symboliquement civilisateurs, puis rasés en place publique avec des haches pour les défaire de leur forme sauvage.

 De manière silencieuse et immersive, je questionne la place de la femme dans le territoire extérieur. L’archétype virginal, cette robe blanche dans laquelle l’actrice semble être prête à être sacrifiée, se referme comme un piège sur les assauts répétés des ours noirs et blancs. Il révèle que la relation de chasseurs/ chassés, se déplace sur une relation masculin/féminin. Se faire marquer possède une forte connotation sexuelle, à la frontière du viol symbolique. La femme devient le vecteur de la transformation de l’ours. Le film tente de mettre en image le rapport ambigu entre désir et sensualité, et rapport de pouvoir.

Strasbourg, région Grand Est | Alicia Gardes | Artiste plasticienne | Photographie et Vidéo